un vin naturel

Qu’est-ce qu’un Vin Naturel ?

Les étiquettes « naturel » et « artificiel » dans le monde du vin remontent aux premiers vins de l’histoire, c’est-à-dire à la simple distinction entre le jus de raisin avec ou sans additifs. Par vin naturel, nous entendons un vin obtenu avec le moins d’intervention possible, c’est-à-dire aussi bien dans la façon de cultiver la vigne et les raisins que dans le processus de vinification dans la cave et sa transformation en produit final que nous buvons. (Cliquez ici pour tout savoir du vin nature).

Vin Nature : Des Points de Vue Différents

La définition du « vin naturel » suscite beaucoup de controverses et de débats : il n’y a pas d’unanimité en ce qui concerne ce qui est considéré comme un niveau acceptable d’intervention. Le mouvement du « vin naturel » dans chaque pays, chaque association de producteurs et chaque producteur indépendant a des critères différents, plus ou moins stricts, mais il existe une cohésion au sein du monde du vin naturel selon laquelle le concept de « naturel » est étroitement associé à l’approche la moins interventionniste et invasive de la culture de la vigne et de la vinification.

La définition du vin naturel suscite de nombreux débats : il n’existe pas de définition « légale » ou « académique » que nous pourrions utiliser comme un « dogme », et ce n’est pas non plus la préoccupation des artisans du domaine. Au sein du mouvement du vin naturel, plusieurs secteurs défendent la ligne la plus radicale ou la plus stricte en matière de culture du raisin et de fabrication du vin. Cela signifie qu’ils tolèrent aucun ajout de sulfite. Alors que d’autres, acceptent une faible dose (un maximum de 30 mg/l).

Le Respect de l’environnement dans la culture de la vigne

La culture de la vigne doit être respectueuse de l’environnement, cela se traduit par un type d’agriculture biologique ou biodynamique, et en respectant les cycles « naturels » de la terre. Pour cette raison, les traitements les plus courants autorisés en agriculture biologique (soufre ou sulfate de cuivre) doivent être le moins invasifs possible et ne doivent être appliqués que s’ils sont indispensables. Aucun produit chimique n’est utilisé : aucun herbicide, aucun pesticide, aucun fongicide de synthèse et aucun organisme génétiquement modifié.

La pratique d’une agriculture respectueuse de l’environnement doit être renforcée par une cohérence dans l’optimisation des ressources énergétiques, du travail lui-même ou de l’eau. L’engagement d’améliorer cet environnement est fondamental.

Le vigneron est l’artisan qui gère l’ensemble du vignoble et tous les processus de travail dans le vignoble. Ainsi, le vin aura une authenticité et une unicité : il n’y aura pas d’éléments qui faussent l’expression de la terre cultivée et du raisin dans le vin qui en résulte. Le travail manuel et artisanal (bien que non invasif sera essentiel et sera primordial), ainsi que les machines utilisées, qui ne doivent en aucun cas altérer les conditions du raisin, du moût ou du vin.

Le Respect des raisins, une fois qu’ils ont été amenés au Chai

Clarifier ou filtrer le vin, même si ce sont des raisins biologiques, sape complètement le concept de « naturel » et nous fait entrer dans le domaine de l’industrialisation.

Dans le chai, les levures commerciales ne sont jamais utilisées pour accélérer ou commander la fermentation alcoolique : on ne corrige pas l’acidité, on n’ajoute pas d’antibiotiques ou d’arômes, on n’utilise pas l’osmose inverse ou toute autre technique invasive impliquant des manipulations chimiques et industrielles qui dénaturent les composants du moût ou du vin. Ainsi, en ne procédant pas au collage ou au filtrage, les composants naturels et bénéfiques pour l’évolution normale du vin sont maintenus.

Le dioxyde de soufre (SO2) ne sera jamais utilisé : il est nocif pour l’agriculteur comme pour le consommateur final : la plupart des migraines, des maux de tête et des gueules de bois sont dus à la chimie. La recherche et les techniques qui éliminent la nécessité de son utilisation sont essentielles : hyper-oxydation du moût, stabilisation naturelle dans le temps (succession de processus physiques et chimiques spontanés), contrôle visuel et organoleptique. Le vin naturel, est sans sulfite ajouté.

Le « vin naturel » ne doit pas nécessairement être certifié par les organismes de son pays d’origine, il existe une certification interne et nous pensons qu’elle est plus efficace, comme l’est le palais de ceux qui aiment, diffusent et distribuent ce type de vin, car un vin « non naturel » se remarque. On ne peut donc appeler vin naturel qu’un vin élaboré sans filtrage, sans clarification, sans stabilisation et sans ajout d’aucun type de produit chimique (avant, pendant ou après tous les processus), avec un minimum d’intervention humaine, c’est-à-dire en labourant le moins possible, en cueillant les raisins à la main, etc.

Les Critères qu’un Vin Nature doit remplir :

  • Raisins issus de l’agriculture biologique, biodynamique ou de la permaculture et récoltés à la main.
  • La fermentation alcoolique doit être réalisée sans ajout de levures commerciales et la fermentation malolactique sans ajout de bactéries.
  • La teneur en sucre, l’acidité, la couleur ou le degré d’alcool ne doivent jamais être corrigés.
  • Le jus ne doit jamais être clarifié ou filtré de manière agressive, voire ne pas être filtrée du tout.
  • Il n’est pas stabilisé à l’aide de produits chimiques ou de techniques œnologiques industrielles.
  • La micro-oxygénation ou tout autre processus qui accélère ou simule les processus naturels de la vinification n’est jamais effectuée.
  • Il ne doit pas contenir de sulfites ajoutés.